Il était une fois… Hazel Wood


Les romans, Sélection / jeudi, juin 6th, 2019

« Ne t’approche sous aucun prétexte d’Hazel Wood. »

Ces quelques mots laissés par la mère d’Alice juste avant son enlèvement scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.

Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, autrice des célèbres « Contes de l’Hinterland ».
Hazel Wood, d’où semblent échapper des personnages inventés par Althea.
Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer.
Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.

Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ?
Un leurre ? Une porte d’entrée sur un autre monde? Et si Alice était bien plus qu’une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?

Un jour glacial, dans un royaume fort lointain, naquit la fille d’une reine et d’un roi. Ses yeux étaient brillants et noirs, entièrement noirs.

Un héritier des contes cruels

Aimez-vous les contes cruels des frères Grimm… ? Le Genévrier, Le fiancé voleur ou Le compagnon de route font partie de tes récits préférés ? Alors cette histoire est pour toi !

Quand j’ai sorti ce livre de ma bibliothèque, j’avais envie d’un livre fantastique, qui me sortirait de mon monde pour m’entraîner dans le sien. Et c’est exactement ce que j’ai eu.

J’étais déjà le genre de fillette qui tâtonnait, les yeux fermés, au fond des meubles, à la recherche de portes secrètes comme dans Narnia, où qui faisait des vœux en regardant la deuxième étoile à droite au fond du ciel façon Peter Pan, chaque fois que la nuit le permettait. Alors découvrir un livre vert et or avec un titre de conte de fées, au fond d’une commode parfaitement banale, me mit dans tous mes états…

Tout est mis en place pour nous intégrer au quotidien un brin chaotique d’Alice et sa mère. Une vie qui semble être sous le signe de la fuite, sans que l’on sache réellement pourquoi. Il est question de choses étranges, mais ce n’est sans doute qu’une question de malchance

Une héroïne antipathique… 

Alice n’est pas ce qu’on pourrait appeler une personne sympathique : glaciale, couvant une colère nourrit contre la plupart du genre humain… Je n’ai pas eu beaucoup d’affects pour elle. Mais son vécu semble expliquer pour beaucoup sa misanthropie… Sans parler d’autre chose.

En cas de doute, la réponse c’est toujours la Mort. Avec un grand M. C’est le grand truc de l’Hinterland…

La malchance arrive toujours a les retrouver, elle se traduit par des catastrophes, des objets étranges… et un jour, l’impression étrange que des personnages, tout droit sorti des contes d’Althéa Proserpine battent le pavé… À la manière d’étranges et sanglants lapins, ils amèneront Alice à tomber à son tour dans le terrier. À découvrir ce qui se cache derrière l’étrange demeure d’Hazel Wood.

Plongée dans les abymes

J’ai beaucoup apprécié la découverte du monde sombre et cruel d’Hazel Wood, l’ambiance tissée autour des personnages, le concept est des plus réjouissant. Si vous aimez les contes cruels, un récit délicatement horrifique… Alors, dirigez-vous vers ces bois, vous finirez peut-être par trouver les grilles de la maison… Peut-être.

Lisez la suite à vos risques et périls ! (Spoiler)

Hazel Wood est à la frontière entre les mondes. L’histoire fait la part belle au pouvoir de l’écrivain et de sa capacité à tisser des histoires où il aura droit de vie ou de mort sur ses personnages… Mais finalement, si ces personnages n’avaient pas envie de vivre et revivre en boucle les mêmes horreurs, les mêmes drames ? À chaque lecture, ne vous êtes-vous jamais demandé si des personnages quelque part, ne revivaient par pour la dixième, centième, millième fois la même terrible destinée sans avoir aucune capacité pour changer leur vie ?

Et si quelque part, quelqu’un provoquait une fissure entre les mondes en voulant changer le destin de l’un d’eux ? Que se passerait-il ?

D’autres histoires vous attendent…

Cette histoire m’a rappelé plusieurs de mes lectures passées, ainsi que plusieurs références au monde des contes. Si ce genre de romans vous plait, je vous conseille la lecture du Livre des choses perdues de John Connolly. Et d’un côté beaucoup plus enfantin, les Histoires de Tom Coeurvaillant

Vous aimerez peut-être aussi ces autres romans dont j’ai parlé précédemment : Le chagrin du roi mort, L’ancre des rêves, Lumikko.

Informations

Autrice : Mélissa Albert
Éditeur : Milan / PagesTurnersRomans
Parution : 2018
Nombre de pages : 384

Hazel Wood par Melissa Albert

Le roman sur Babelio

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.