Caraval


Les romans / mardi, avril 2nd, 2019

Dans le manoir, une mélodie jouée aux violons retentit, plus riche que le chocolat le plus noir. La musique filtra dehors et murmura aux oreilles de Scarlett tandis que le sourire de Julian se faisait séducteur.
– Ne me regarde pas comme ça, le rabroua Scarlett. Ca n’a aucun effet sur moi.
– C’est pour ça que c’est si amusant.

Autrice : Stéphanie Garber
Éditeur : Bayard
Parution : 2017
Nombre de pages : 479

Résumé

Bienvenue à Caraval !
Le spectacle le plus extraordinaire de tous les temps ! Vous y verrez plus de merveilles que le commun des mortels au cours de toute une vie. Mais avant que vous vous plongiez dans notre univers, gardez à l’esprit qu’il s’agit d’un jeu…
Nous tenterons de vous convaincre que ce qui se passe au-delà de ce portail est réel, mais ce n’est qu’illusions.
Alors prenez garde à ne pas vous laisser trop emporter. Car les rêves qui se réalisent peuvent être magnifiques, mais ils peuvent aussi se transformer en cauchemars si l’on ne se réveille pas…

 

« Le monde autour d’elle avait le goût des mensonges et des cendres »

Mon avis

Après avoir erré dans le Londres Rouge et dans Ketterdam ces derniers mois, voici maintenant que je rejoins le jeu du Caraval. A vrai dire, je n’avais pas lu grand-chose à son sujet, du coup, je partais sans spécialement d’attentes. Et finalement, c’est peut-être le meilleur moyen d’apprécier un livre !

C’est ainsi que j’ai été conforté dans l’idée que j’aime quand même beaucoup les ambiances de Cirque Creepy.

Par contre, après avoir lu quelques avis, je me suis rendu compte de l’imaginaire mental que j’ai développé autour des descriptions qui finalement ne sont pas toujours si touffues et nombreuses. Alors, je ne sais pas si ce n’est que moi, mais moi je suis clairement partie dans une Venise étrange, grand théâtre (ou arène ?)  à ciel ouvert où pouvaient se côtoyer tous les participants aux tenues extravagantes et colorées.

 Bref, les images aidant, je crois que je me suis glissée assez facilement dans le récit. Du coup, le plus fort de ce roman est finalement que j’ai assez facilement accepté de « suspendre » mon incrédulité pour accepter la magie du Jeu, accepter ses extrêmes surtout, car certaines magies ont tendance à m’hérisser le poil alors que là, c’est passé crème.

Pareil pour certains personnages qui sont finalement totalement des archétypes, du ténébreux en passant par la jouvencelle innocente… Mais voilà, ça a fonctionné, j’ai accepté que rien ne pouvait être vrai, que tout pouvait se produire et mon enthousiasme a fait le reste je dirais ! Et finalement, cette incertitude (assez feinte parfois quand même !) m’a fait beaucoup plu car justement dans une de mes précédentes lectures, j’avais un peu trop vu les choses venir… !

J’ai donc beaucoup aimé le théâtre des évènements et l’enchaînement, le duo des personnages, les errances de Scarlett et cette sorte de synesthésie que j’ai trouvé très charmante.

Bref, une jolie lecture et j’ai hâte de découvrir la suite même si je n’ai vraiment aucun affect pour Donatella qui semble être l’héroïne de ce tome 2 !

Au final, je viens de sortir le Cirque des Rêves, je me sens mûre à point. J’avais envie de me refaire Le Carnaval aux corbeaux.

 

SPOILERS : Mon avis sur la fin de ce tome 1

(sélectionnez le texte !)

Alors finalement, je regrette surtout finalement… ce qui fait qu’on est bien dans un roman jeunesse ? La fin. Autant j’avais trouvé les derniers moments particulièrement intenses et avec de réels enjeux. Autant j’ai été finalement un peu déçue de ce happy end

J’aimais l’idée que Scarlett découvre la « trahison » de sa sœur avant de faire son choix. Que celle-ci en fait l’avait totalement manipulé. Cela remettait tellement toutes les certitudes de Scarlett en jeu. Néanmoins, ça retombe vraiment comme un soufflé avec l’arrivée de Tella.
Y a plus aucun enjeu finalement, aucune conséquence à ce jeu macabre. C’était pour du beurre ? A part l’éventuel traumatisme psychique, et encore… hein. Sans parler de la fatuité de Tella lors de ses retrouvailles…

Mais bon, le fait est que si la fin avait dû se terminer sur ce vœu final et ce dilemme… Peut-être qu’on aurait été trop loin d’un roman jeunesse… ? Je n’en sais rien, qu’en pensez-vous ?  Mais cette fin aurait été quand même assez incroyable et terriblement cruel. Mon cœur de guimauve n’aurait pas aimé, mais la partie qui aime torturer des perso et des lecteurs par écrit… aurait adoré !!!

 

La grand-mère de Scarlett racontait toujours que le monde de Caraval était un vaste terrain de jeu pour Maître Légende. On ne pouvait prononcer un mot sans qu’il l’entendre. Aucun chuchotis, aucune ombre ne lui échappait. Nul ne le croisait jamais – où si c’était le cas, on ignorait que c’était lui -, mais le maître de Caraval, lui, voyait tout. Dans le couloir, Scarlett fut certaine de sentir son regard sur elle. Elle le devina en voyant les bougies briller plus fort, comme les yeux s’ouvrent plus grand.

Caraval par Stephanie Garber

Caraval

Stephanie Garbertous les livres sur Babelio.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.