Les poétiques expérimentales du récit et du support

 « Selon l’âge de [l’enfant], le livre prendra des formes différentes. On peut même remarquer que plus l’enfant grandit, plus les livres qui lui sont destinés s’apparentent à ceux proposés à un adulte – et plus il est petit, moins les ouvrages ressemblent à des « vrais livres »[1].

Nous pourrions dire sans trop de risque qu’à partir d’un certain âge, la littérature de jeunesse se dilue dans la littérature générale… à ceci prêt, qu’un certain nombre d’éléments caractéristiques restent typiques. Le support ainsi que l’image, comme nous le verrons par la suite, font partie intégrante de l’expérimentation propre à cette littérature, ils sont tous deux des caractéristiques essentielles de l’album.

Mais on ne peut nier également les procédés narratifs et poétiques de la littérature de jeunesse. Ceux-ci affectent aussi bien le récit que la présentation, ils induisent des schémas comportementaux, des gestes et une poétique spécifique qui dépendent en partie des compétences du jeune lecteur.

Sommaire

Littérature de jeunesse : la répétition et la sérialité

Littérature de jeunesse : l’utilisation et le rôle du stéréotype

L’album de jeunesse : l’image signifiante

Album de Jeunesse : la narration et ses effets sur la temporalité

Album de Jeunesse : histoire du support

Les formats d’albums : les apports à la fiction

Album de Jeunesse : Matérialité et technologie

La culture de jeunesse et la transmédiation

 



[1] LETOURNEUX, Mathieu, Littérature de jeunesse et culture médiatique in La littérature de jeunesse en question(s), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 194

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *