Jouer, Tout

Folklore : plongée en terre irlandaise

Sorti en 2007 sur PS3, ce jeu est passé relativement inaperçu et je me rappelle avoir dû l’importer d’Allemagne. Un peu particulier, à la croisée des chemins, ni totalement RPG, ni totalement jeu d’aventure ou jeu d’invocations de familiers… On se trouve dans un univers fortement inspiré du folklore irlandais… Et c’est forcément pour ça que j’ai eu envie d’en parler ici-même.

Nous incarnons deux personnages tour à tour : Ellen, une jeune fille à la recherche de son passé et Keats, un journaliste d’un magazine sur le paranormal. Là où celle-ci vit les événements de manière affective vu qu’il s’agit de découvrir les étranges faits qui l’ont rendu orpheline et lui est confronté à cette histoire de meurtre. Tabous et secrets de familles, dans ce petit village, tous les habitants semblent détenir des secrets. Dès son arrivée sur l’île … des événements étranges vont commencer à se produire… Des choses du passés qui n’auraient pas dû être réveillée vont venir hanter chacun des habitants de la petite bourgade…

L’un après l’autre les habitants permettront de reconstruire un puzzle tragique, chaque parcelle, chaque artefact qu’elle découvre lui permet d’entrer dans le monde d’en bas, le monde de féerie.

Divisé en plusieurs strates, chaque monde féerique est à l’image d’une période historique de l’humanité. A chaque période, l’imaginaire humain a été plus sensible à tel ou tel autre type de créatures, de concepts et d’univers. J’ai vraiment adoré découvrir cela,… Et je dois avouer qu’il faudrait que je relance le jeu pour me rappeler de toutes celles qui se succèdent… De la partie animiste à la partie Grande Guerre et aux concepts nihiliste…  Chaque endroit voit l’héroïne se vêtir également d’une tenue différente, certaines sont plus réussies que d’autres.

Ellen va pouvoir voyager entre les mondes, et capturer des parcelles d’imaginaires afin d’aller plus loin, pour se servir de ses nouveaux familiers… Chaque créature féerique a un graphisme développé et amusant et se voit gratifiée d’une petite description au sein d’un ouvrage.

Keats la suivra a son tour, tentant de démêler objectivement l’écheveaux de cette intrigue tout en la protégeant parfois. Cette alternance de personnages se traduit dans le jeu d’une manière active, on joue tour à tour les personnages, découvrant les mêmes événements selon les deux points de vue. Et selon deux types de gameplay.

Ce que j’ai trouvé le plus agréable était cette alternance de la pseudo normalité du village, quoique malsaine de part tous les non-dits…  et l’arrivée de l’étrange dès la nuit tombée. Le pub devient l’incarnation du passage entre les mondes, les clients se mêlent, humains ou créatures féeriques. Les rencontres seront toujours étonnantes.

Et je dois bien avouer que pour en dire plus, il faudrait que je relance le jeu pour me rafraîchir la mémoire, mais ma foi, c’est bonne occasion de le faire 😉

 

Sur ce ! Je vous dis à bientôt !

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *